ESPACE SAINT-MICHEL

7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

  
Cinéma Espace Saint-Michel
  
PROGRAMME DE LA SEMAINE
Les films commencent 10 minutes après l'heure indiquée (sauf exceptions précisées)
 News/GrillesBandes AnnoncesTarifsContact 
  Untitled Document

CASTING de Nicolas WACKERBARTH

SORTIE NATIONALE : 27 Février 2019

1h28 – Allemagne – 2017

 

SYNOPSIS

Les préparatifs du tournage d’un remake pour la télévision du célèbre film de Rainer Werner Fassbinder "Les Larmes amères de Petra von Kant" entrent dans leur dernière ligne droite.

Pourtant, du côté du casting du rôle principal, les choses ne vont pas comme prévu, à cause de l’incapacité de la réalisatrice Vera de se décider définitivement pour l’une des quatre dernières comédiennes encore en lice. Elle a donc fait rappeler trois d’entre elles pour une énième audition. La quatrième, qui a pourtant les faveurs de la chaîne, refusant tout bonnement ce processus de sélection humiliant. Puisque Kostja, l’acteur principal pressenti, n’a pas encore pu se libérer de son engagement précédent, ce sera à Gerwin, un acteur amateur, de donner la réplique aux actrices de renom, obligées de défiler devant la réalisatrice indécise. Gerwin y voit là une chance de prendre un nouveau départ en tant qu’acteur.

BIOGRAPHIE DU REALISATEUR

Il est né en 1973 à Munich, où il étudie la comédie à la Bavarian Theater Academy. Il devient membre permanent du théâtre Städtische Bühnen à Cologne. Il étudie ensuite la réalisation à la German Film and TV Academy (DFFB) à Berlin. Il enseigne dans plusieurs German Film Academies, et est aussi co-rédacteur du magazine "Revolver". Il vit à Berlin.

INTERVIEW DU REALISATEUR

C'est le deuxième film pour lequel vous travaillez de façon improvisée avec vos acteurs ?

Les acteurs jouent des acteurs. Ce double jeu peut entraîner une interaction intéressante entre documentaire et fiction. Les acteurs sont seuls et chacun doit trouver sa propre voie pour "survivre" sur le marché. Ainsi, Casting était censé suivre des quadras, comme le chômeur Gerwin, lors de sa renaissance en tant qu'acteur. Sur le plateau, nous avons appelé ça en plaisantant notre "Party des 40 ans".

Il n'y avait pas de scénario dialogué ?

Avant le tournage, j'ai travaillé avec mon co-scénariste Hannes Held sur une description détaillée des scènes et une trame générale de l'histoire. Nous savions donc dans quel ordre les conflits devaient se produire. Sur le plateau, cependant, les acteurs n’ont été informés de l’intrigue que petit à petit chaque jour. Comme personne ne savait ce que les autres acteurs allaient faire ou comment ils réagiraient verbalement, ce n’était pas seulement émotionnel, mais aussi un défi intellectuel. C'était amusant. Beaucoup plus amusant que de réciter un texte..

Qu'est-ce qui vous a intéressé dans le processus du casting?

La peur d'être bon à jeter à 40 ans seulement est largement répandue, et pas uniquement dans le secteur des médias. En développant l’intrigue, nous n’avons pas été tellement intéressés par la pression économique, mais par la pression que l'on s'impose à soi-même pour réussir, et qui ne se limite pas au monde artistique. Casting est peut-être aussi devenu un film sur des personnes qui ne peuvent pas répondre aux attentes de la société, des personnes qui se sentent inadaptées et critiquent les autres comme étant inadaptées

Pourquoi avez-vous choisi "Les larmes amères de Petra von Kant" (1972)?

La pièce interagit à bien des égards avec l'histoire de notre film. Petra von Kant est une créatrice de mode à succès. Depuis qu'elle est devenue une personnalité publique, elle n’est plus sûre que les gens l'aiment pour elle-même ou pour sa renommée et son pouvoir économique. Avec Gerwin, c'est l'exact contraire. Il se fout de son "Moi", qui ne lui paiera pas ses factures. Il voit enfin une chance d'être reconnu professionnellement ce qui lui a toujours été refusé jusqu'à maintenant.

Tout le monde dans le film se bat pour tenter sa chance. De nos jours, le travail de Fassbinder est devenu une partie intégrante de l'éducation bourgeoise, d'une culture un peu convenue. Donc, le producteur s'en empare. Le 75e anniversaire de Fassbinder est pour lui l'occasion de refaire un film. Le réalisateur a cédé aux souhaits du producteur. Pour un réalisateur aussi intransigeant que Vera, ce n'est probablement pas une bonne idée d'accepter un mauvais compromis. Mais cela conduit à une tension intéressante. Tandis que Fassbinder se contentait de se lancer dans des relations risquées, provoquait l’opinion publique et avait des avis politiques bien arrêtés, Vera, comme moi, est une femme réfléchie. Elle recherche une approche qui lui permette de conserver son image d’artiste et de paraître intègre, tout en songeant aussi à sa carrière dans le secteur du cinéma. Le partenaire pour le casting -Gerwin- est dans une position similaire. Il s'accroche à un rien pour conserver ses chances d'emploi.

Dans "Casting", nous vivons, parfois de manière amusante, parfois douloureuse, la façon dont les acteurs et leur partenaire de scène Gerwin vont à la "limite" pour être choisis. Avec Gerwin, il est carrément douloureux de voir à quel point il est soumis à ce qu’il pense être juste. En agissant, il ne se soumet pas. Au contraire. Il est têtu et n'écoutera pas de conseils. Je ne crois pas - et je pense que le film le montre aussi - que les acteurs sont plus indispensables que les réalisateurs ou les producteurs… ou les éclairagistes…

Vous avez aussi travaillé en tant qu'acteur. Est-ce que vos propres expériences de casting ont eu une influence sur le film?

Je connais les deux côtés - les besoins d'un réalisateur et ceux d'un acteur. Je pourrais vous raconter des anecdotes embarrassantes à ce sujet, j’ai aussi travaillé en tant que "partenaire de scène". C'était pour une amie qui a réalisé son film. C'était intéressant de voir comment, pour moi, le souhait de faire partie du film devenait de plus en plus fort. Cela me semble inévitable quand on est "partenaire de scène" . Vous lisez le script avec des acteurs professionnels, vous êtes complices. Plus le casting dure longtemps, plus vous faites partie de l'équipe. Une tromperie. Dès que le casting est terminé, les acteurs commencent à travailler et le partenaire de scène ... il rentre chez lui. En fait, j'ai aussi aimé l'idée de filmer quelqu'un qui n'est généralement pas filmé.

Vous avez créé "Casting" en association avec une chaîne de télévision, en utilisant leurs studios. Était-ce pertinent pour votre film, est-ce que cela concerne avant tout la télévision?

Pour que les intérêts concurrents dans la prise de décision d'un casting soient transparents pour le public, il était nécessaire de localiser la production. Par exemple, le film ne montre pas le tournage chaotique et mal financé d'un film indépendant, mais la pré-production d'un téléfilm allemand. Cela crée des conditions très différentes pour le réalisateur et son producteur. L'occasion de réaliser ce film dans les studios de SWR, avec une équipe SWR qui nous a accueilli. C’est seulement si vous parvenez à décrire une situation avec des détails précis, que le caractère universel d’une histoire peut se développer. Me concentrer sur les désirs insatisfaits d'un quadra qui a toujours voulu devenir "Bigger Than Life" en tant que jeune acteur et qui se retrouve avec une seconde chance. Présenter sa vie en diffusant des photos et des films fait désormais partie de notre quotidien. Dans ce contexte, l'attention est devenu ce que recherchent non seulement les acteurs mais aussi les politiciens par exemple.

DISTRIBUTEUR : ASC DISTRIBUTION  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 


Untitled Document

LES DEUX SALLES SONT ÉQUIPÉES EN NUMERIQUE 4K

Programmation du cinéma du 20 au 26 Mars 2019

SALLE 1

RÉSISTANTES de Fatima SISSANI - (VOF)
Tous les jours: 12h55, 15h55, 17h20, 20h20, 21h45 (sauf samedi)

Mercredi 20 Mars : Première à 20h20 en présence de la réalisatrice et de la psychanalyste Alice Cherki, suivie d’un débat.

Vendredi 22 Mars : Séance de 20h20 suivie d’un débat en présence de Youcef Brakni, militant des Quartiers populaires et membre du collectif Adama.

Lundi 25 Mars : Séance de 20h20 suivie d’un débat en présence de Françoise Vergès, politologue et militante féministe.


LUNE DE MIEL de Ioana URICARU - (VOSTF)
Tous les jours: 14h20, 18h45, 21h35 (sauf vendredi et lundi)

THE RAFT de Marcus LINDEEN - (VOSTF)
Samedi : 21h45

SALLE 2


FUKUSHIMA, LE COUVERCLE DU SOLEIL de Futoshi SATO - (VOSTF)
Tous les jours: 15h00, 20h00

Vendredi 22 Mars : Séance de 20h00 suivie d’un débat avec Kolin Kobayashi, journaliste indépendant, président de l’Association Echo Echanges, membre du comité d’organisation du Forum social mondial antinucléaire, il est le représentant du film en France. Thème : " Le poids du lobby nucléaire. "

Lundi 25 Mars : séance de 20h00 suivie d’un débat avec Yuki Takahata, journaliste, auteur et traductrice, également militante au sein du réseau "Sortir du nucléaire ". Thème " Fukushima, 8 ans après ; l’impact sur la population locale. "

NOUR de Khalil DREYFUS ZAAROUR - (VOSTF)
Mercredi, Samedi, Dimanche: 16h40
Jeudi, Lundi : 13h20

CASTING de Nicolas WACKERBARTH - (VOSTF)
Mercredi, Samedi : 13h20

KABULLYWOOD de Louis MEUNIER - (VOSTF)
Vendredi, Mardi : 16h45

FAHAVALO, MADAGASCAR 1947 de Marie-Clémence ANDRIAMONTA-PAES - (VOSTF)
Tous les jours : 18h20

AMAL de Mohamed SIAM - (VOSTF)
Jeudi, Lundi : 16h45
Vendredi, Mardi : 13h30

UN BERGER ET DEUX PERCHÉS À L’ELYSÉE ? de Philippe LESPINASSE et Pierre CARLES - (VOF)
Dimanche : 13h10