ESPACE SAINT-MICHEL

7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

  
Cinéma Espace Saint-Michel
  
PROGRAMME DE LA SEMAINE
Les films commencent 10 minutes après l'heure indiquée (sauf exceptions précisées)
 News/GrillesBandes AnnoncesTarifsContact 
  Untitled Document

 

LA VENGERESSE de Bill PLYMPTON et Jim LUJAN

SORTIE NATIONALE : 5 Avril 2017

1h15 –Etats-Unis - 2016

SYNOPSIS

Face-de-Mort, ancien catcheur et motard devenu sénateur, embauche quatre redoutables chasseurs de primes. Leur mission : retrouver la jeune Lana et récupérer le précieux et compromettant objet qu’elle lui a volé. Entre thriller et road movie, La Vengeresse nous plonge dans les bas-fonds de l’Amérique profonde. Stations essence et motels de bord de route, sectes armées, rednecks édentés et boîtes de nuit pour travestis poilus, bienvenue dans l’Inland Empire !

INTERVIEW DE BILL PLYMPTON ET JIM LUJAN

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Bill Plympton : Nous nous sommes rencontrés il y a environ 8 ans au Comic-Con à San Diego. Jim est venu à mon stand et m’a laissé des DVD de son travail d’animation. Beaucoup de gens me donnent leurs films, mais je suis souvent trop occupé pour y jeter un oeil.

Quelques années plus tard, un jour d’hiver pluvieux, alors que je n’avais rien à faire, j’ai regardé un des DVD de Jim. J’ai été immédiatement épaté par son style, sa manière d’écrire et son humour. Je me suis dit : " ce gars crée les personnages que je voudrais créer ". Cette nuit-là, je l’ai appelé et lui ai dit : " Faisons un film ensemble. Tu t’occupes du scénario et du design des personnages, je fais l’animation ". Ca a été une collaboration très harmonieuse, tout simplement parce qu’on admirait chacun le travail de l’autre.

Comment vous êtes-vous réparti le travail ?

Bill Plympton : J’ai laissé Jim être la source créatrice de La Vengeresse. C’était son idée et ses personnages - tout comme l’histoire, le design des personnages et des arrière-plans, la musique et les voix. Mon travail a été de faire les storyboards, les dessins, l’animation et la postproduction. Même si j’adore le côté comique underground de ses personnages, j’ai pensé que je devais les remodeler et les rendre anatomiquement corrects. Mais très vite, j’ai réalisé que ça ne fonctionnait pas. Les personnages avaient perdu tout leur charme et leur force. J’ai donc repris exactement ses créations. Sauf pour Lana, le rôle féminin principal, que j’ai un peu changée. Mais je le regrette aujourd’hui. Sa Lana correspondait beaucoup plus à son style.

Un des problèmes avec les personnages de Jim est qu’ils ont beaucoup de détails, comme des tatouages, des bijoux, des emblèmes sur leurs vestes, et que c’est l’enfer à animer. J’ai donc été obligé de minimiser tout détail superflu.

Combien de temps a pris la réalisation du film ?

Bill Plympton : L’équipe a travaillé environ 3 ans sur le film. Pendant 6 mois, en pleine production, j’ai dû accepter trois projets commerciaux pour payer les factures du studio, ce qui a fait traîner les choses. Les étapes de travail ont été très semblables à mes autres films. Sauf que cette fois Jim a écrit le scénario (en un temps record – environ 3 mois), puis m’a envoyé les designs des personnages et des arrièreplans. A partir de ça, j’ai fait le storyboard et les dessins (6 mois). L’animation a pris 1 an et demi. L’équipe de travail principale était composée de Wendy Cong Zhao (productrice), Sam Welch (monteur), Weston Fonger (ingénieur du son), Sandrine Plympton (couleur et design) et Alena Krizenecky (animation additionnelle et couleur).

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour créer les personnages principaux ?

Jim Lujan : Des classiques de série TV comme " The Rockford Files " et " Kojak " m’ont vraiment inspiré pour créer Rod Rosse, l’homme-escouade. J’aime l’idée de prendre un pauvre type et d’en faire un chasseur de primes/détective intrépide. Lana est une adolescente perturbée et en fuite, mais ses méthodes pour se venger sont extrêmement brutales.

La plupart des autres personnages sont des archétypes, mais chacun a un trait de caractère inattendu. Par exemple, on a Jose Tanaka qui est un ancien sumo, mais qui aime aussi la culture hip hop. On a un sénateur américain corrompu qui a un tatouage sur le visage et se comporte comme un catcheur professionnel. On a un chasseur de primes qui ressemble plus à Woody Allen qu’à Chuck Norris. J’aime détourner les clichés.

Comment avez-vous imaginé l’histoire ? Certaines personnes ont vu dans le film un parallèle avec Trump. L’aviez-vous en tête au moment de l’écriture du scénario ?

Jim Lujan : J’ai toujours vu cette histoire comme une histoire classique de vengeance. Je voulais que le méchant soit un biker devenu catcheur devenu sénateur américain. Ca donne plein de bonnes idées pour travailler. Face-de-Mort est un psychopathe fou-furieux avec un ego surdimensionné. C’est une parodie des politiciens ignobles avides d’argent qu’on adore tous détester. Il aime être sous les projecteurs, mais ne veut jamais révéler quoique ce soit de ses affaires personnelles. Le sénateur Face-de-Mort est aussi un homme sans pitié. Je pense que le sentiment de voir Trump naît naturellement. Trump lui-même peut avoir un côté très cartoon. Parfois la réalité est encore plus étrange que la fiction.

Pouvez-vous nous parler de la campagne Kickstarter ?

Bill Plympton : Le financement de La Vengeresse ne s’est pas du tout fait comme pour mes autres films. La campagne Kickstarter devait servir de supplément à mon investissement personnel. Nous avons atteint notre but qui était de 90 000$, ce qui est beaucoup. Et grâce à l’aide d’Adam Rackoff qui a organisé la campagne, nous l’avons même dépassé et récolté 100 000$. Une des récompenses offertes aux investisseurs était qu’ils deviennent un personnage de La Vengeresse. Pour un don de 1500$, je dessinais la personne dans la scène de foule au moment du concert de rock. Mais il s’est passé une chose étrange : des sociétés et des individus ont commencé à me contacter pour investir dans le film, ce qui n’était jamais arrivé avant. Ils voulaient tous un "morceau" de La Vengeresse. Donc entre ED Distribution, Kickstarter et les autres investisseurs, j’ai pu financer 2/3 du film.

Quels sont vos futurs projets ?

Bill Plympton : Là, je suis en train de finir un nouveau court métrage de la série des " Guard Dog ". Il s’appelle Cop Dog et je crois que c’est le plus drôle de tous. Et puisque ça s’est si bien passé sur La Vengeresse, j’ai demandé à Jim de m’aider à écrire le scénario de mon prochain long métrage, Slide, une aventure trépidante dans la montagne, avec de la vieille musique western et country des années 50. L’idée et l’histoire sont vraiment très excitantes. Je m’éclate à travailler dessus.

 

BIOGRAPHIE DE BILL PLYMPTON

Bill Plympton est né le 30 avril 1946 dans l'Oregon. Fils de banquier, il a grandi dans une famille de six enfants (trois garçons et trois filles).

Il reçoit en 1964 son diplôme de L'Oregon City High School. Pour éviter la guerre du Vietnam, il sert de 1967 à 1972 en tant que garde national. En 1968, il s'installe à New York et suit des cours à la School of Visual Arts tout en travaillant comme cartoonist et illustrateur. Il est graphiste pour Cineaste, Filmmakers Newsletter et Film Society Review. Illustrateur pour The New York Times, Vogue, House Beautiful, The Village Voice, Rolling Stones, National Lampoon et Glamour. Il commence en 1975 un strip politique pour The Soho Weekly News, " Plympton ". En 1981, il travaille pour plus de vingt journaux.

Bill Plympton fait son premier film d'animation en 1983. Il s'agit de Boomtown, un dessin animé musical sur les absurdités des dépenses militaires, de la guerre froide jusqu'aux années 80. C'est avec Your Face, nominé aux Oscars en 1988, que démarre véritablement sa carrière cinématographique. Il travaille régulièrement avec MTV pour la série Plymptoons. Il fait alors son premier long-métrage The Tune, entièrement auto-financé. Il réalise 30 000 dessins à lui seul.

Après cette expérience, il décide de passer à la fiction et réalise J.Lyle et Guns on the Clackamas. En 1998, il retourne à l'animation pour son second long-métrage, L'Impitoyable lune de miel ! avec lequel il remporte le Grand Prix à Annecy. Les Mutants de l'espace son troisième long-métrage d'animation, lui apporte le Grand Prix à Annecy pour la seconde fois. En 2004, il réalise Hair High. Puis Des idiots et des anges en 2008. En 2014 sort Les Amants électriques. Une fois de plus, Bill Plympton réalise tous les dessins lui-même, et est accompagné d’une équipe qui travaille notamment sur un effet aquarelle particulièrement poétique.

Son dernier film, La Vengeresse, est aussi sa première co-réalisation, avec Jim Lujan. Une manière de se renouveler et d’explorer de nouvelles pistes à 70 ans !

BIOGRAPHIE DE JIM LUJAN

Animateur underground chevronné, Jim Lujan a co-créé La Vengeresse avec Bill Plympton, apportant l’histoire, les dessins, le scénario, la musique et doublant beaucoup de personnages. Il créé aussi les dessins, l’animation, la musique et les voix de ses propres courts (plus de 50) et longs métrages (un film de 56 minutes). Autodidacte,

Jim Lujan s’est lancé dans l’animation sans moyen, avec l’envie de créer quoiqu’il arrive. Il prône ce crédo régulièrement et encourage ceux qui ont envie de faire de l’animation à se lancer quelles que soient leurs ressources techniques et financières. Parmi ses films, vous pouvez voir " Freakdaddy ", " Unchained Fists " et " Mama I’m a Thug ". Jim a également créé " Sanjourno Must Die " pour la chaîne YouTube Rugburn créée par Titmouse et Six Point Harness. Son travail d’animation a été présenté au Spike and Mike’s Sick and Twisted Festival of animation, sur la chaîne Adult Swim, et dans beaucoup d’autres festivals américains. Jim habite à Los Angeles.

 

DISTRIBUTEUR : ED DISTRIBUTION

 



 


Untitled Document

LES DEUX SALLES SONT EQUIPEES EN NUMERIQUE 4K

Programmation du cinéma du 28 Juin au 4 Juillet 2017

SALLE 1

Grande Finale des " Joutes du court-métrage " : Jeudi 29 Juin à 20h00 (tarif unique à 5 euros)

SONGS FOR MADAGASCAR de Cesar PAES - (VOSTF)
Tous les jours : 13h35, 15h15, 16h55, 20h30, 22h05 (sauf jeudi)

Jeudi 29 Juin, séance de 20h30 suivie d’un débat en présence de César Paes, réalisateur et de l’équipe du film.

Vendredi 30 Juin, séance de 20h30 suivie d’un débat en présence de Monique Rakotoanosy, fondatrice de l’observatoire des médias à Madagascar

Lundi 3 Juillet, séance de 20h30 suivie d’un débat avec pour thème : " Madagascar dans la world music ? "

UN JEUNE PATRIOTE de Du HAIBIN - (VOSTF)
Tous les jours : 18h35

SALLE 2

LA MADRE d’Alberto MORAIS - (VOSTF)
Tous les jours : 13h20, 16h40 (sauf samedi), 20h00 (sauf jeudi)

UN JOUR NOUVEAU de Seyyed Reza MIR-KARIMI - (VOSTF)
Tous les jours : 15h00 (sauf samedi), 18h20, 21h35 (sauf jeudi)

LA SOCIALE de Gilles PERRET - (VOF)
Samedi : 15h05

MAÏ MORIRE d’Enrique RIVERO - (VOSTF)
Samedi : 16h45