ESPACE SAINT-MICHEL

7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

  
Cinéma Espace Saint-Michel
  
PROGRAMME DE LA SEMAINE
Les films commencent 10 minutes après l'heure indiquée (sauf exceptions précisées)
 News/GrillesBandes AnnoncesTarifsContact 
  Untitled Document

LE ROUGE ET LE GRIS de Fançois LAGARDE

SORTIE NATIONALE : 24 Octobre 2018

3h28 – France– 2017

 

SYNOPSIS

Fruit de vingt ans d’une patiente et passionnée collecte, constituant un fonds de plusieurs milliers d’images réalisées côté allemand et la plupart inédites, Le Rouge et le Gris propose une adaptation du célèbre récit de guerre de l’écrivain allemand Ernst Jünger, Orages d’acier. Confrontant Histoire, photographie et écriture, portée ici par la voix de Hubertus Biermann, le film documente le passage du monde ancien de 1914-1915, le Rouge du 19ème siècle, au Gris qui s’y substitue, celui de " l’habitant d’un monde nouveau ".

INTERVIEW DE CHRISTINE BAUDILLON, monteuse du film

La passion de François Lagarde pour la photographie se traduit ici tant le projet est herculéen : retrouver les images, d’abord, puis les assembler. Pouvez-vous nous dire l’histoire de ce film et nous raconter comment il a fait concrètement la collecte de ces images ?

Le film "Le Rouge et le Gris", commence par un prologue écrit par François Lagarde lui-même et qui explique justement la genèse de ce film. Durant presque vingt ans, François, qui était photographe depuis l’âge de 14 ans - c’est dire sa pratique et sa connaissance de la photographie et de son histoire - a collecté toute la matière photographique du film, qui a cette particularité, il faut le préciser, d’être en grande partie essentiellement allemande, puisqu’il s’agit ici du point de vue du vaincu et pas du vainqueur. François a donc commencé d’abord à faire du porte-à-porte dans chacun des villages marqués par cette guerre, la Champagne, les Éparges, la Somme, la Picardie, etc. Car il savait que les personnes originaires de ces lieux collectionnaient les cartes postales d’époque, puisque évidemment le paysage est encore actuellement marqué par la Grande Guerre. Puis petit à petit, il a rencontré quelques collectionneurs, dont un plus particulièrement basé en Flandres, Wilfried Deraeve qui l’a beaucoup aidé dans ses recherches car il possédait une importante collection. Puis les recherches, étant de plus en plus précises, François a découvert le site internet Delcampe qui est un énorme référencement photographique des collections privées spécialisées dans la carte postale 14-18. Il a donc acheté sur plusieurs années toutes les images (qui sont en quelque sorte la correspondance photographique du texte de Jünger) pour en être totalement propriétaire, car vous imaginez bien que ce film en termes de droits photographiques aurait été impossible à réaliser. C’est donc un travail colossal et vertigineux, car ce que décrit Jünger dans Orages d’acier, avec une précision remarquable, est là devant nos yeux. Les photographies sont pour la plupart faites par des soldats et quelques professionnels, mais la grande majorité sont réalisées par des amateurs sur le front et puis certaines sont issues du fond Ernst Jünger des archives de Marbach en Allemangne. Ensuite François a réalisé de longs panoramiques sur les lieux précis du texte et dont certains sont tournés en vidéo et puis d’autres sont des photographies panoramiques. Ces séquences actuelles viennent ponctuer le film à des moments très précis.

Pouvez-vous nous parler du lien qui liait François Lagarde à Ernst Jünger ?

François a lu "Orages d’acier", très jeune, un livre qui figurait dans la bibliothèque de son père Werner Lagarde, grand lettré qui était pasteur au Havre. Cette lecture a été pour lui un vrai choc émotionnel et cérébral, car François a toujours été marqué, depuis l’enfance, par la force du réel. Le roman ne l’a jamais intéressé, seuls les ouvrages critiques, historiques et philosophiques étaient sa passion, avec la photographie et le cinéma. Il était hanté par cette guerre de 14, puisqu’au Havre, ville encore profondément marquée par les bombardements de 39-45, il voyait défiler aussi chaque année les fameuses Gueules Cassées, derniers témoins vivants de la Grande Guerre. Mais en lisant "Orages d’acier", François pensait que son auteur était mort depuis des lustres, car très peu sont revenus de cette guerre ! Et c’est grâce à Albert Hofmann (grand chimiste et inventeur du LSD) dont François avait été le premier éditeur en France à publier le récit sur sa découverte : "LSD, mon enfant terrible", qu’il a fait la connaissance de Jünger, dont il était un grand ami. Ensuite François a photographié Jünger durant vingt ans. Il connaissait bien l’homme et son histoire.

Ce film permet d’aborder l’Histoire d’une nouvelle manière. Etait-ce une volonté consciente ?

Oui évidemment. C’est d’abord ce point du vue du vaincu qui était essentiel pour François. Comment montrer, par la photographie, un tout autre versant, que celui qu’on connaît (plus ou moins) à travers la propagande française. Là, c’est l’inconnu, ce sont les poilus allemands, encore fortement ancrés dans le 19ème siècle, qui se photographient et composent "l’image tableau" de cette guerre, car il y a de la composition dans beaucoup de ces photographies. Et puis comme François avait horreur des reconstitutions, ou ce terme de "docu-fiction" tel que la télévision le pratique souvent, en tant que photographe, il ne pouvait pas envisager son film sans les "images-miroir" du texte qui montrent l’histoire de cette guerre qui fut une véritable folie. Une totale destruction. Le paysage a été changé en un vaste désert. Jünger l’écrit à un moment donné. C’est un film sur la mort, donc sur la mémoire et sur la photographie. Je crois que pour rien au monde François n’aurait voulu en faire une adaptation fictionnelle. Mais il a su trouver la forme adéquate à son film, qu’il m’a ensuite donnée à travailler, pour qu’on ne perde jamais le texte en cours de route, et que jamais la musique ou la matière sonore ne l’emporte sur l’image mais qu’elle soit plutôt comme un murmure faisant partie de la matière photographique.

Le texte est porté par la voix d’Hubertus Biermann, qui est à la fois musicien, contrebassiste et comédien de théâtre. François voulait que le texte soit lu en français, dans la magnifique traduction d’Henri Plard, mais par un allemand totalement bilingue, pour avoir cette Allemagne "imbriquée" dans la langue française. Et puis Hubertus a un magnifique grain de voix, sans effet ni emphase. Il fallait trouver quelqu’un qui puisse lire ce texte comme il est écrit, c’est-à-dire comme une photographie sans pathos. Sa voix est le texte. Le film démarre avec les premières phrases du texte : "Le train fit halte à Bazancourt, petite ville de Champagne. Nous descendîmes" et cette voix qui ouvre le film ne nous lâchera plus durant 3h28.

BIOGRAPHIE DU REALISATEUR

François Lagarde, éditeur, photographe et cinéaste est né le 5 mars 1949 à Nîmes et décédé le 13 janvier 2017 à Montpellier.

La photographie, qu’il pratique depuis l’âge de quatorze ans, le mène à fréquenter et photographier musiciens, écrivains et artistes dont il admire l’oeuvre. Dès le début des années 1970, la liste des personnalités passées devant son objectif est impressionnante : Pierre Guyotat, Philippe Sollers, Julia Kristeva, Maurice Roche, Roland Barthes, Jacques Derrida, et Denis Roche... François Lagarde photographie sa " famille ", celle qu’il avait choisie par la littérature et qui a forgé sa vision du monde.

En 1975, il organise à Genève avec Gérard-Georges Lemaire le célèbre " Colloque de Tanger " en hommage aux deux écrivains " beat" Brion Gysin et William S. Burroughs, dont il est très proche, et en tire un premier documentaire, "Les colloques de Tanger" (52').

Il fonde, en 1981 à Montpellier, les éditions " Gris banal éditeur ", et publie entre autres "The Beat Hotel", avec des photographies d’Harold Chapman, ainsi que "LSD mon enfant terrible" d’Albert Hofmann.

En 1999, il fonde aux côtés de la réalisatrice Christine Baudillon la société " Hors oeil éditions " au sein de laquelle il développe et réalise des documentaires très personnels consacrés à des philosophes comme "Les entretiens de l’île Saint-Pierre" (140'), en 2006, un film d’entretiens entre le philosophe Philippe Lacoue-Labarthe et l’essayiste Jean-Christophe Bailly ; "Simondon du désert" (110'), en 2012, sur l’oeuvre du philosophe de la technique Gilbert Simondon et en 2013, "Altus", un portrait et voyage en compagnie Philippe Lacoue-Labarthe.

"Le Rouge et le Gris" (208'), libre adaptation cinématographique du célèbre récit de guerre de l’écrivain allemand Ernst Jünger "Orages d’acier", est sont dernier film.

Il a été projeté en juillet 2017 en Première Mondiale au FID à Marseille en hommage au réalisateur disparu la même année.

BIOGRAPHIE DE ERNST JUNGER

Essayiste et romancier allemand, Ernst Jünger est né en 1895 à Heidelberg et décédé en 1998 à Riedlingen à l’âge de 102 ans.

Contemporain des deux guerres mondiales, Jünger s’engage volontairement en 1914, à 19 ans, dans les troupes de choc " les Sturmtruppen ". Il est victime de nombreuses blessures et en 1917 reçoit la croix pour le mérite la plus haute distinction militaire allemande.

Il transmet son expérience et ses souvenirs de la Grande Guerre et des tranchées dans le livre "Orages d’acier", publié en 1920, dans lequel il décrit les horreurs vécues, mais aussi la fascination que l’expérience du feu a exercée sur lui. Ce livre le rend célèbre et il devient une figure intellectuelle majeure de cette époque.

Après la guerre, il expérimente les drogues les plus diverses - auxquelles, blessé à la tête, il a goûté, dès 1918 - auprès d’Albert Hofmann, l’inventeur du LSD. Il relate cette expérience personnelle dans son essai "Approches, drogues et ivresses" (1970).

Ernst Jünger est à la fois un homme d’ordre et un avant-gardiste qui a su penser la modernité. Qualifié parfois par ses biographes d’" anarchiste conservateur ", son oeuvre doit être considérée sous l’éclairage des expériences vécues par l’homme dans sa vie intime.

Jusqu’à la fin de sa vie à plus de cent ans, il a publié des récits et de nombreux essais ainsi qu’un journal des années 1939 à 1948 puis de 1965 à 1996 faisant de lui un témoin précieux de l’histoire européenne du XXè siècle.

Il reçoit en 1982 le prix Goethe pour l’ensemble de son oeuvre. Francophile et francophone, Ernst Jünger fait partie des auteurs allemands les plus traduits en France.

 

DISTRIBUTEUR : VENDREDI DISTRIBUTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 


Untitled Document

LES DEUX SALLES SONT ÉQUIPÉES EN NUMERIQUE 4K

Programmation du cinéma du 14 au 20 Novembre 2018

SALLE 1

ANDRE ROBILLARD, EN COMPAGNIE de Henri-François IMBERT - (VOF)
Tous les jours : 13h15 (sauf vendredi, dimanche), 17h05, 20h30 (sauf samedi), 22h10 (sauf samedi et dimanche)
Samedi : 18h45

Première Mercredi 14 Novembre à 20h30 en présence d’André Robillard, Alexis Forestier et Henri-François Imbert.

Samedi 17 Novembre : Séance de 18h45 suivie d’une discussion avec Michel Nedjar et Henri-François Imbert.

Mardi 20 Novembre : Séance de 20h30 suivie d’une discussion avec Patricia Janody, psychanalyste, et Henri- François Imbert.


BLACK INDIANS de Jo BERANGER, Hugues POULAIN et Edith PATROUILLEAU - (VOSTF)
Tous les jours (sauf samedi) : 18h45
Samedi : 20h30

LE ROUGE ET LE GRIS (Partie 1) de François LAGARDE - (VOF)
Mercredi, Vendredi, Dimanche : 14h55

DAKINI de Dechen RODER - (VOSTF)
Mercredi, Vendredi, Dimanche, Mardi : 18h15
Jeudi, Samedi, Lundi, Mardi : 15h00

LIBRE de Michel TOESCA - (VOSTF)
Vendredi, Dimanche : 13h05

SALLE 2

SAMOUNI ROAD de Stefano SAVONA - (VOSTF)
Tous les jours : 15h55, 20h20
Jeudi, Samedi, Lundi : 13h35


Jeudi 15 Novembre : Séance de 20h20 suivie d’une rencontre-débat avec Pierre Barbancey, grand reporter pour le journal de l’Humanité et Wissam Alhadj, journaliste indépendant, gazaoui, basé à Paris, traducteur et dialoguiste sur le film. Débat autour du thème : " Gaza : Informer est une urgence. "

Lundi 19 Novembre : Séance de 20h20 suivie d’une rencontre-débat en partenariat avec le CCFD-Terre solidaire et la FIDH-Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme Rencontre avec Eléonore Fallot, chargée de mission au CCFD pour le Moyen-Orient et Yasmine Laveille, responsable à la FIDH du bureau Afrique du nord et Moyen Orient.


LE ROUGE ET LE GRIS (Partie 2) de François LAGARDE - (VOF)
Jeudi, Samedi, Lundi : 18h35

WINE CALLING de Bruno SAUVARD - (VOF)
Dimanche, Mardi : 14h10

CHRIS THE SWISS de Anja KOFMEL - (VOSTF)
Vendredi : 14h10
Dimanche : 22h10

LINDY LOU, JURRE NUMERO 2 de Florent VASSAULT - (VOSTF)
Mercredi : 14h15
Samedi : 22h10