ESPACE SAINT-MICHEL

7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

  
Cinéma Espace Saint-Michel
  
PROGRAMME DE LA SEMAINE
Les films commencent 10 minutes après l'heure indiquée (sauf exceptions précisées)
 News/GrillesBandes AnnoncesTarifsContact 
  Untitled Document

A BREAD FACTORY, PART 2 : UN PETIT COIN DE PARADIS de Patrick WANG

SORTIE NATIONALE : 2 Janvier 2019

2h00 – Etats-Unis – 2018

 

SYNOPSIS

Checkford a bien changé depuis l’arrivée des célèbres May Ray : les touristes affluent, l’immobilier flambe… A la Bread Factory, Dorothea et Greta travaillent sur l’adaptation d’Hécube d’Euripide. Mais le vrai spectacle se situe peut-être à l’extérieur. Face à toutes ces transformations dans la ville, la Bread Factory est toujours menacée.

NOTE D’INTENTION DE PATRICK WANG

Les deux films que j’ai réalisés m’ont fourni les outils nécessaires pour entreprendre ce nouveau projet : deux films qui questionnent l’état de l’art, de la communauté et du commerce dans notre vie. Ce qui n’est pas rien. C’est sans doute la seule chose qui compte. Le thème du commerce n’est pas nouveau pour moi : j’ai été économiste pendant de nombreuses années. Mais je pensais comme un économiste de l’ancien temps, de ceux qu’on appelait les philosophes du monde. Capables de rédiger des traités sur l’empathie aussi bien que sur le commerce : ils considéraient toutes ces choses comme les fils d’un même tissu social. C’est ce tissu social complexe qui m’intéresse, et afin de l’étudier, il me faut tirer sur les multiples fils de ma propre vie.

Fabriquer un tissu cohérent avec beaucoup d’éléments est la tâche récurrente de ces films qui se déroulent dans une petite ville fourmillant de personnages, d’intrigues et d’idées. Je suis souvent à la recherche de principes d’organisation esthétiques capables de tresser ensemble de multiples brins. Par exemple, au début, j’ai cru écrire une comédie musicale. Mais quand je me suis attelé aux séquences musicales, je me suis heurté à ce profond changement stylistique qui survient quand les personnages se mettent tout à coup à chanter. Ce que la chanson ajoutait ne semblait jamais être à la hauteur de la surprise qu’elle créait. C’est alors que j’ai eu l’idée de faire concorder le changement déroutant des personnages se mettant à chanter avec les changements qui survenaient dans la ville. A ce moment, tous les touristes arrivés dans la ville chantent et ce concert interrompt la vie des habitants de la même façon qu’il interrompt le film. C’est performatif de même que beaucoup de communications contemporaines sont performatives. La forme musicale devient alors l’outil idéal pour exprimer ce qui arrive dans l’histoire. L’idée commence donc à se dégager et je pense à l’idée d’un choeur de véritables agents immobiliers. Je leur donne une musique très captivante, le chant des sirènes de l’immobilier, qui vous fait croire à une vie révée qu’on pourrait acheter.

Tous les changements qui surviennent dans cette petite ville sont contrebalancés par un ancrage très ancien : Hécube, la pièce antique du Grec Euripide. Sa poésie magnifique et profondément humaine transparait dans les films. C’est un écho ancien des souffrances actuelles des personnages. J’ai une conception très particulière de la façon de représenter aujourd’hui la tragédie antique. C’a été une de mes passions au théâtre et j’ai trouvé ça terriblement excitant à filmer.

Au premier abord, la forme en deux films ne semble pas vraiment extraordinaire. Puis on s’aperçoit qu’elle a été très peu utilisée. Ces films ne sont pas de simples suites, ils utilisent à dessein la structure en deux parties pour abriter une construction dramatique et esthétique qui ne trouverait sa place nulle part ailleurs. Cela génère donc une structure dramatique plus évanescente. Les séries sont très à la mode aujourd’hui, mais elles concernent surtout la télévision. Je trouve cela dommage, puisqu’un film peut adopter cette forme pour poser les questions existentielles les plus audacieuses et les plus profondes.

DISTRIBUTEUR : ED DISTRIBUTION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 


Untitled Document

LES DEUX SALLES SONT EQUIPEES EN NUMERIQUE 4K

Programmation du cinéma du 19 au 25 Juin 2019

SALLE 1

ANNA, UN JOUR de Zsofia SZILAGYI - (VOSTF)
Tous les jours: 13h20, 15h05, 16h55, 20h20, 22h05

J’VEUX DU SOLEIL de Gilles PERRET et François RUFFIN - (VOF)
Tous les jours (sauf vendredi): 18h50

HER JOB de Nikos LABOT - (VOSTF)
Vendredi : 18h40

SALLE 2


PERMACULTURE, LA VOIE DE L’AUTONOMIE de Carinne COISMAN et Julien LENOIR - (VOF)
Tous les jours: 15h25, 16h45 (sauf mercredi, jeudi, lundi), 18h00, 20h35 (sauf vendredi, samedi, mardi)

Jeudi 20 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence de Bruno Parmentier, économiste, écrivain, ancien directeur d’école d’agriculteur d’Angers et conférencier : " Nourrir l’humanité ? "

Samedi 22 Juin : Séance de 18h00 suivie d’un débat en présence de Christophe Bichon, coordinateur des Estivales de permaculture et salarié de l’association le Sens de l’humus.

L’ENSEIGNANTE de Denis DERCOURT - (VOSTF)
Mercredi, Jeudi, Lundi : 16h40
Vendredi : 20h35

Vendredi 21 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence de Denis Dercourt, réalisateur du film.

PALMYRE de Monika BORGMANN et Lokman SLIM - (VOSTF)
Samedi, Mardi : 20h35

Samedi 22 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence de Anne Grange, co-productrice du film.

Mardi 25 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence du Dr Ghada Hatem-Gantzer, chirurgien spécialiste des femmes victimes de violence. Thème du débat : Intégrité/Désintégration physique et violences corporelles.

LE FILS de Alexander ABATUROV - (VOSTF)
Tous les jours: 19h15

THE REPORTS ON SARAH & SALEEM de Muayad ALAYAN - (VOSTF)
Tous les jours: 13h00

LES CHINOIS ET MOI de Renaud COHEN - (VOSTF)
Mercredi : 21h50

LA MISÉRICORDE DE LA JUNGLE de Joel KAREKEZI - (VOF)
Dimanche, Lundi : 21h50