ESPACE SAINT-MICHEL

7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

  
Cinéma Espace Saint-Michel
  
PROGRAMME DE LA SEMAINE
Les films commencent 10 minutes après l'heure indiquée (sauf exceptions précisées)
 News/GrillesBandes AnnoncesTarifsContact 
  Untitled Document

KOBLIC de Sebastián BORENSZTEIN

SORTIE NATIONALE : 5 Juillet 2017

1h32 – Argentine, Espagne– 2016

SYNOPSIS

Argentine 1977. Un ancien pilote et capitaine de la Marine argentine, Tomas Koblic s’enfuit après avoir désobéi à un ordre de l’armée soumise à la dictature. Caché dans une petite ville du sud du pays, sa présence attire l’attention du maréchal local d’une autorité abusive et sans scrupules. La conscience n’a nulle part pour se cacher.

INTERVIEW DU REALISATEUR

Après avoir réalisé une comédie douce amère telle que Un Cuento Chino, vous changez de registre avec Koblic. Comment est née l’idée de ce thriller ?

En réalité, je ne me sens jamais prisonnier d’un genre particulier. Je me sens aussi à l’aise dans la comédie caustique comme Un Cuento Chino que dans le thriller ou le film à suspense. Le plus important est que l’histoire me plaise et j’avais très envie de réaliser un thriller dans un contexte rural. J’avais en tête le personnage d’un pilote qui fuit quelque chose. Le contexte de la dictature et des vols de la mort me paraissait idéal pour placer le personnage principal au milieu de nulle part, perdu dans l’immensité. Dès le départ, je savais que je voulais réaliser un film de genre. Mon objectif n’était donc pas de réaliser un film sur les vols de la mort mais d’utiliser ce contexte historique comme toile de fond pour narrer l’histoire d’un homme qui fuit.

Comment s’est déroulée l’écriture du scénario ? C’est la première fois que vous travaillez avec un co-scénariste…

Je porte cette histoire depuis longtemps et j’avais écrit un embryon de scénario, une vingtaine de pages sous forme d’une nouvelle et je cherchais quelqu’un qui connaisse bien le contexte historique. Je l’ai fait lire à mon ami Alejandro Ocon qui a été emballé et nous avons poursuivi l’écriture. Au bout de deux mois, nous avions une toute première version de scénario qui nous a servi pour la recherche du financement et des acteurs…

Aviez-vous déjà envie d’adopter les codes du western, avec le pitch de l’homme seul, fugitif qui arrive dans un village perdu ?

Au fur et à mesure que nous construisions l’histoire de cet homme qui se réfugie dans un petit village lointain pour se cacher, nous nous sommes rendus compte que nous avions tous les éléments du western : l’homme perdu dans l’immensité de la nature, les grands espaces, la femme déshonorée qui espère qu’un inconnu vienne la sauver, le shérif sans scrupules qui règne et impose de façon abusive sa loi dans les environs. La petite ville fictive de Colonia Elena où se déroule l’histoire, est une métaphore du pays sous la dictature : celle d’un pays sans loi. Ce petit village est le lieu idéal pour montrer l’antagonisme entre Koblic, celui qui cache son passé et le commissaire local, qui se considère comme le chef des lieux.

Le capitaine Koblic n’est jamais pourtant présenté comme un héros…

Effectivement, dans ce film personne n’est irréprochable. Tous sont prisonniers d’histoires sombres qui reflètent l’atmosphère de l’époque. La dictature était présente partout. Pas seulement dans les grandes villes. Elle s’immisçait dans les moindres recoins du pays. Koblic, lui, est une personne qui est confrontée au remord. Il se repend mais trop tard, après avoir été complice de l’assassinat de civils. Il n’a pas abandonné son poste au sein de la marine avant d’avoir accompli les ordres mais après. D’une certaine manière il est aussi bourreau. Le capitaine Koblic est rongé par la culpabilité. Il est doublement poursuivi : par ses camarades militaires (l’élément extérieur) et par sa conscience (l’élément interne). Face à lui, le personnage du commissaire Velarde n’a ni scrupules ni remords. Koblic possède plus de vertus mais demeure malgré tout coupable de son passé.

Vous avez choisi de présenter les vols de la mort, comme un cauchemar qui revient en flash-back répétitif tout au long du film, comme un leitmotiv.

Nous avons tourné au départ la scène où l’on reconstituait le vol de la mort dans sa totalité et avions prévu de la mettre au début du film. Mais au montage, nous nous sommes rendus compte que cela fonctionnait mieux en la fragmentant pour l’insérer tout au long de la trame du film, au fur et à mesure de l’évolution des états émotionnels de Koblic. Et c’est ainsi que c’est inséré dans la trame narrative le cauchemar qui assaille Koblic lorsqu’il est seul. En parallèle, l’intensité dramatique est accentuée par l’étau de la persécution par les camarades militaires qui se resserre sur lui.

Vous avez choisi un nom d’origine polonaise pour ce capitaine. Pourquoi ce choix ?

Il y a eu des centaines de vols de la mort qui ont été perpétrés pendant la "guerre sale" en Argentine et une douzaine de pilotes de la marine ont effectué ces vols dont on ne connait pas les noms. On ne les connaitra certainement jamais car la loi du silence régne toujours en Argentine. Pour éviter toute coincidence avec des personnes réelles, nous avons choisi volontairement un nom aux consonances plus " étrangères ". La culpabilité de Koblic est une métaphore de la culpabilité de l’Argentine qui ne souhaite toujours pas se confronter à son passé et à ses fantômes.

Après votre fructueuse collaboration pour Un Cuento Chino vous avez de nouveau choisi Ricardo Darin pour incarner le rôle principal. Avez-vous écrit le scénario en pensant à lui ?

Oui. Juste après avoir rédigé l’embryon de scénario qui se résumait à une vingtaine de pages, je le lui ai fait lire et il m’a répondu immédiatement qu’il souhaitait incarner Koblic.

Vous avez aussi fait appel à un autre grand acteur argentin, Oscar Martinez, que l’on a vu récemment dans Paulina, Les Nouveaux Sauvages et Citoyen d’honneur où il incarne des hommes plutôt cultivés et urbains. Il change complètement de registre ici, avec ce rôle de shérif véreux…

Je lui ai présenté le rôle comme un défi de composition et réussi ainsi à le convaincre d’interpréter ce commissaire répugnant tant moralement que physiquement. Il porte des fausses dents, un faux ventre et cette horrible perruque. Contrairement à maintenant, où être chauve peut être " cool ", dans les années 70, c’était vécu comme une malédiction, stigmatisante.

La réussite du film tient beaucoup dans ce duo/duel de monstres sacrés.

Oui c’était fondamental. Le jeu de Darin est ici tout en réserve, en force contenue, en silence parce qu’il est fugitif (il ne peut pas raconter qui il est) tandis que Martinez déploie par ses gestes et sa façon de bouger l’inverse. Le shérif qu’il incarne est le chef des lieux, il est prévisible et n’a rien à cacher. C’est ensuite qu’Il bascule dans la paranoia quand il apprend que Koblic est un militaire. Il pense alors qu’il est venu pour enquêter sur lui. C’est la première fois que Ricardo Darin et Oscar Martinez sont face à face dans un film dans lequel ils jouent les rôles principaux. Ils avaient tous les deux participé au long métrage La Rosales dans les années 80 mais n’avaient pas réellement été face à face.

L’actrice espagnole Inma Cuesta, que l’on a vu dans Julieta de Pedro Almodovar complète le casting.

Il s’agit d’une coproduction avec l’Espagne et je ne pouvais pas transformer un des personnages pour qu’il " devienne " espagnol. Je connaissais Inma et je lui ai demandé si elle se sentait capable d’imiter l’accent argentin pour le rôle. Elle a parfaitement adopté l’accent de la région.

Vous avez particulièrement soigné le casting jusqu’aux acteurs secondaires…

C’était fondamental pour rendre crédible cette histoire qui se déroule à cette époque et dans ce lieu. Il fallait retranscrire les coutumes de la campagne jusque dans la façon de marcher. Beaucoup d’acteurs sont issus de la région mais restent méconnus à Buenos Aires.

Où avez-vous tourné et reconstitué le village fictif de Colonia Elena ?

Nous avons tourné à 150km de Buenos Aires, à San Antonio de Areco, au cœur de la culture " gaucha " (les cow boys argentins) : où s’étendent les vastes plaines de la pampa. Un lieu où se trouve une piste d’atterrissage…

Les scènes d’avion ont-elles été difficiles à tourner ?

Toutes les scènes d’avions sont réelles. Nous n’avons pas utilisé de 3D. Le saut en parachute est lui aussi réel et a été filmé depuis un hélicoptère. Pour la scène du vol de la mort, nous avons cherché un skyvan, qui était le modèle qui était utilisé à l’époque mais il n’y en a presque plus en Argentine. Nous en avons trouvé un en république tchèque et l’avons déplacé à l’aéroport de Cuatro Vientos à Madrid pour tourner dans un hangar les scènes de cabine. Et nous avons reconstitué la partie postérieure de l’avion pour les scènes où l’on voit les corps des prisonniers politiques lancés à la mer.

Vous semblez être un passionné de l’aviation car dans Un Cuento Chino il y a avait déjà des références à l’aviation…

Oui c’est vrai. C’est une de mes passions. En plus de ma vie de cinéaste, je suis pilote. Je voulais absolument réaliser un thriller avec des avions. J’aime raconter les choses que je connais…

Vous avez choisi pour la photographie des tons gris bleus pour les scènes cauchemardesques du vol de la mort qui contrastent avec celles des paysages de la pampa.

Absolument. Nous avons voulu séparer les textures des flashbacks de celles des couleurs de la pampa. Nous avons tourné en hiver et dans des conditions extrêmes. Il y a eu beaucoup d’inondations et ce climat difficile nous a obligés à nous adapter. Le ciel gris plomb renforce l’intensité dramatique du film.

DISTRIBUTEUR : BODEGA FILMS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 


Untitled Document

LES DEUX SALLES SONT EQUIPEES EN NUMERIQUE 4K

Programmation du cinéma du 16 au 22 Août 2017

SALLE 1

HOMMAGE A John CASSAVETES (Tous films restaurés –VOSTF – NUMERIQUE DCP)

UNE FEMME SOUS INFLUENCE
Mercredi, Lundi : 17h25
Jeudi : 15h50
Samedi : 15h25

MEURTRE D’UN BOOKMAKER CHINOIS
Mercredi : 20h30
Jeudi : 13h50
Samedi : 18h05
Dimanche : 15h55

OPENING NIGHT
Jeudi, Samedi, Lundi : 20h30
Mardi : 14h55

LOVE STREAMS
Vendredi, Dimanche : 20h30
Mardi : 17h30

MINNIE ET MOSKOWITZ
Mercredi : 15h20
Vendredi : 15h35
Dimanche : 17h55
Mardi : 20h30

SHADOWS
Jeudi : 18h25
Dimanche : 14h25

FACES
Vendredi : 17h40
Lundi : 15h05

 

REMBRANDT FECIT 1669 de Jos STELLING - (VOSTF)
Tous les jours : 16h45, 20h00

RIO CORGO de Sergio da COSTA et Maya KOSA- (VOSTF)
Tous les jours sauf Jeudi et Samedi: 22h00

KOBLIC de Sebastian BORENSZTEIN - (VOSTF)
Mercredi : 13h35
Vendredi : 13h50
Jeudi, Samedi : 22h00
Lundi : 13h20
Mardi :
13h10

SONGS FOR MADAGASCAR de Cesar PAES - (VOSTF)
Samedi : 13h45

LA SOCIALE de Gilles PERRET - (VOF)
Dimanche : 12h50

SALLE 2

OUT de György KRISTOF – (VOSTF)
Tous les jours : 13h30, 15h05, 18h50