ESPACE SAINT-MICHEL

7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

  
Cinéma Espace Saint-Michel
  
PROGRAMME DE LA SEMAINE
Les films commencent 10 minutes après l'heure indiquée (sauf exceptions précisées)
 News/GrillesBandes AnnoncesTarifsContact 
  Untitled Document

HEDY LAMARR : FROM EXTASE TO WIFI de Alexandra DEAN

SORTIE NATIONALE : 6 Juin 2018

1h30 – Etats-Unis– 2017

 

SYNOPSIS

Des débuts fulgurants dans " Extase " aux prémices des nouvelles technologies chères à notre ère digitale, c’est un double portrait de l’autrichienne Hedy Lamarr. L’un, très officiel, est celui d’une actrice qui fascina le monde par sa beauté et sa liberté sexuelle exacerbée.

L’autre, plus intime, est celui d’un esprit scientifique insoupçonné.

Obsédée par la technologie, Hedy inventa un système de codage des transmissions qui aboutira au GPS et bien plus tard au Wifi.

Il s’agit d’une invitation contemporaine à redécouvrir une figure complexe, celle d’une enfant sauvage partie conquérir Hollywood pour fuir son mari pro-Nazi.


ALEXANDRA DEAN, REALISATRICE

Déjà récompensée par un Emmy Award en tant que journaliste, Alexandra Dean est une productrice et réalisatrice américaine.

En 2001, elle sort diplômée d’Harvard en Histoire et Littérature, avec la mention honorifique " Magma Cum Laude " (parmi les plus élevées du système universitaire).

Elle obtient ensuite un master en Journalisme à l’université Colombia.

Par la suite, elle travaille pendant cinq ans pour le magazine d’investigation " Now on PBS " diffusé par le plus important des réseaux publics télévisés américains ; période durant laquelle elle couvre la crise immobilière, la dette liée aux prêts étudiants ou encore certaines problématiques environnementales.

Alexandra est ensuite recrutée par la chaîne " Bloomberg " où elle devient productrice de documentaires et de séries.

L’une d’entre elles, " Innovators ", traite de ces visages qui ont marqué les avancées scientifiques et technologiques de notre temps. C’est elle qui réalise " The Player : Secrets of Vegas Whale ", enquête incisive sur l’industrie du jeu et qui devient le documentaire le plus visionné de toute l’histoire de la chaine.

Obsédée par les inventions susceptibles de changer le quotidien, elle compte parmi ses portraits d’interviewés James Cameron, le réalisateur et sorcier de l’image mais aussi Richard Branson, le PDG de Virgin à propos de ses rêves de tourisme spatial.

En 2014, elle fonde Reframed Pictures en partenariat avec le réalisateur Adam Haggiag et l’actrice Susan Sarandon.

DÉBUTS SULFUREUX

A l’âge de dix-huit ans, celle qui s’appelle encore Hedwig Eva Maria Kiesler scandalise déjà le monde. Issue d’une famille de la bourgeoisie juive autrichienne, sa mère est pianiste et son père, directeur de banque.

Préférant les auditions à l’école, elle débute sur les planches avec quelques rôles secondaires. En 1933, elle obtient le rôle principal du film européen le plus attendu de la décennie, " Extase ". Drame romantique tchèque de Gustav Machaty, il est le premier à mettre en scène l’orgasme féminin à l’écran. Hedy devient la " Extasy Girl ", grâce à une performance qui la poursuivra tout au long de sa vie, souvent à ses dépens.

Ses parents, réputés pour leur conservatisme quittent la salle lors de la première du film. Un an plus tard, ils décident de marier leur enfant unique au premier homme qui demande sa main, un riche collaborateur nazi.

MARIAGE AVEC UN FABRIQUANT D’ARMES FASCISTE

Friedrich Mandl, troisième homme le plus riche d’Autriche est le premier mari d’Hedy. Ce dernier vend des armes aux plus offrants. Il arriva qu’Hedy serve de divertissement lors de somptueuses fêtes organisées dans leur château, prétextes servant à déguiser des réunions d’affaire, en présence de Mussolini et d’Hitler. Des hauts fonctionnaires et des scientifiques se côtoient pour parler technologies militaires, notamment de sous-marins pouvant potentiellement être contrôlés à distance. La guerre en Europe est imminente. Juive de naissance, Hedy s’est convertie au catholicisme pour son mariage. Ce qu’elle entend la terrifie vis-à-vis de son pays natal et de sa famille.

FUIR L’EUROPE NAZIE

Pour fuir les hommes de Mandl, Hedy se déguise en subtilisant l’identité de sa femme de chambre, juste après l’avoir droguée. Elle lui vole sa bicyclette pour rejoindre la gare de la ville.

C’est alors le point de départ d’un voyage qui la fera passer par Paris puis Londres, pour finalement la faire atteindre son rêve ultime, Hollywood. Sur sa route, elle rencontre un agent prêt à la présenter à Louis B. Mayer de la MGM, considéré comme le magnat de l’industrie du cinéma. Négociant elle-même son salaire, il finira par accepter à condition que l’actrice travaille son accent anglais. Mayer la renomme Hedy Lamarr, avant de lui trouver un rôle dans son premier film américain.

LE VISAGE QUI CHANGEA HOLLYWOOD

Hedy fait son entrée sur la scène hollywoodienne dans " Algiers " de John Cromwell. Si le film est médiocre, Hedy est hypnotisante. Elle devient spontanément la beauté la plus vénérée d’Amérique.

Quelques mois après la sortie du film, les colorations pour cheveux se rapprochant du brun intense de ses boucles sont en rupture de stock. L’actrice Joan Bennett est l’une des premières à changer sa coiffure pour lui ressembler. Et Disney ira même jusqu’à changer sa Blanche-Neige. Originellement blonde, elle sera donc brune pour ressembler à Hedy.

Par la suite, elle apparaîtra dans quinze autres films hollywoodiens "Ziegfeld Girls ", " Boom Town " et son plus gros succès : "Samson et Delilah " de Cecil B. DeMille.

Pourtant, la plupart de ces rôles sont peu stimulants et stéréotypés, dans lesquels elle joue souvent la brune exotique à la fois séductrice et scandaleuse. Plus terrible encore, sa carrière n’atteindra jamais la grandeur de celle dont elle espérait prendre la place à Hollywood : Marlene Dietrich.

LES INVENTIONS

Malgré l’envol de sa carrière, Hedy cherche un moyen de s’évader à travers l’action qui la passionne secrètement : inventer. Elle tente par exemple d’améliorer le design des tubes de rouge à lèvre, des boîtes de mouchoirs ou même des éclairages routiers.

Lorsque le milliardaire Howard Hughes lui présente un duo de chercheurs pharmaceutiques, ensemble, ils inventent une pilule capable de se dissoudre intégralement dans l’eau, précurseur de l’Alka Seltzer.

Mais alors que la seconde guerre mondiale fait des ravages, des U-Boat, sous-marins allemands attaquent un navire américain d’évacuation transportant une centaine d’enfants. L’indignation publique est à son comble. Hedy sent qu’elle peut faire faire quelque chose pour participer à l’effort de guerre et décide de se concentrer à une seule invention : un système de communication secret capable de guider une torpille.

En s’inspirant du bouton du zapping radio, qui permet aux auditeurs de passer d’une fréquence à une autre, pourquoi ne pas concevoir une torpille pilotée à distance par radio ? L’ennemi n’aurait alors aucune possibilité de détourner les armes, permettant ainsi de sécuriser les communications entre bateau et torpille.

Elle trouve son partenaire d’invention en la personne de George Antheil, compositeur avant-gardiste. Il va l’aider à perfectionner son idée, en se servant du mécanisme qu’il a lui-même inventé pour concevoir ses pianos synchronisés, sautant d’une note à l’autre.

Deux idées, celle du zapping radio (Hedy) et celle de la bande de lecture semblable à un piano automatique (George) vont donc fusionner pour aboutir à un système de radio pratiquement impossible à brouiller. En 1942, le brevet est déposé devant la marine américaine, encore frileuse face à son potentiel.

Le projet tombe aux oubliettes. Il ne fera sa réapparition que vingt ans plus tard, lors de la crise des missiles de Cuba.

HEDY ET SES AMANTS

Le producteur hollywoodien Gene Markey, l’acteur britannique John Loder, le baron texan du pétrole Howard Lee, l’hôtelier Howard Stauffer, l’avocat Lewis J Boie ; Hedy coucha avec tout le monde et épousa la moitié du tout Hollywood.

Pourtant, parmi ces noms, certains sont lourds de sens. C’est le de Mc Gaughlin, bras droit militaire de JFK ou encore le président lui-même, qui veillait à lui envoyer des oranges à chacune de ses visites en Floride. Il existe des enregistrements où Hedy mentionne son invention à Mc Glaughlin et il est fort probable qu’elle en parla à JFK lui-même, dans la mesure où cette même technologie de fréquence est utilisée lors de la crise de Cuba.

HUMILIATIONS PUBLIQUES

La fin des années 60 et celles qui suivront ne cesseront de s’assombrir pour Hedy. Suite à de multiples opérations de chirurgie ratées, elle se retire dans un isolement presque total. Seules des arrestations pour vol à l’étalage la ramèneront dans la lumière.

Sa notoriété décline, l’actrice est même moquée. Dans " Harlot ", Andy Warhol choisit une drag queen hispanique pour incarner l’actrice. En 1974, dans sa comédie " Blazing Saddles " Mel Brook transforme Hedy en Hedley Lamarr. Celle qui fut la plus belle femme du monde devient alors une punchline nationale : " It’s not Hedy, it’s Hedley "

REDEMPTION ?

Pour Hedy, la perte considérable de son aura coïncide avec le moment où ses inventions commencèrent à sortir de l’ombre. De ces dernières, elle ne tirera aucun profit financier.

La Navy donna le brevet d’Hedy à un ingénieur de la Hoffman Corportation qui l’utilisa et inventa un système de radar pour sous-marin, appelé le sonobuoy. Il fut par la suite incorporé au commencement du Bluetooth, du GPS et du Wifi.

La technique de Lamarr de sauts de fréquences (communément appelée " technique de spectre") est largement utilisée dans les télécommunications, les téléphones sans fil, le GPS et dans la plupart des communications militaires.

David Hugue, ex-militaire reconverti en entrepreneur dans le Colorado fut tant impressionné par cette nouvelle technologie, qu’il décida de partir sur les traces de son inventeur. Il fut stupéfait de découvrir que ce n’était autre que la movie star qu’il avait idolâtrée durant son enfance. Il en avisa la Electronic Frontier Foundation, qui décida de lui décerner un major inventing award.

La réponse d’Hedy fut cinglante : " ce n’est qu’une question de temps ".

 

DISTRIBUTEUR : URBAN DISTRIBUTION



 


Untitled Document

LES DEUX SALLES SONT EQUIPEES EN NUMERIQUE 4K

Programmation du cinéma du 18 au 24 Juillet 2018

SALLE 1

LES AMANTS CRUCIFIES de Kenji MIZOGUCHI - (VOSTF)
Mercredi : 13h00
Vendredi : 22h05
Lundi : 15h00

AU GRE DU COURANT de Mikio NARUSE - (VOSTF)
Mercredi : 14h50
Dimanche : 20h10
Lundi : 16h55

LA PENDAISON de Nagisa OSHIMA - (VOSTF)
Mercredi : 16h55
Lundi : 12h55

RAN de Akira KUROSAWA - (VOSTF)
Mercredi, Samedi, Lundi : 20h40
Dimanche : 15h25

LE GRONDEMENT DE LA MONTAGNE de Mikio NARUSE - (VOSTF)
Jeudi : 13h00
Mardi : 16h35

LA RUE DE LA HONTE de Kenji MIZOGUCHI - (VOSTF)
Jeudi : 14h45
Samedi, Mardi : 13h00
Dimanche : 22h15

LE CHATEAU DE L’ARAIGNEE de Akira KUROSAWA - (VOSTF)
Jeudi : 16h20
Mardi : 20h10

CONTES CRUELS DE LA JEUNESSE de Nagisa OSHIMA - (VOSTF)
Jeudi : 20h10
Dimanche : 13h35
Mardi : 22h05

SANJURO de Akira KUROSAWA - (VOSTF)
Jeudi : 21h55

JE NE REGRETTE RIEN DE MA JEUNESSE de Akira KUROSAWA - (VOSTF)
Vendredi : 13h50
Mardi : 14h35

LA VIE D’O’HARU, FEMME GALANTE de Kenji MIZOGUCHI - (VOSTF)
Vendredi : 15h50
Samedi : 16h35

NUAGES EPARS de Mikio NARUSE - (VOSTF)
Vendredi : 20h10
Samedi : 14h35

SALLE 2

BRODRE : MARKUS ET LUKAS de Aslaug HOLM - (VOSTF)
Tous les jours : 13h25 (sauf samedi), 20h00

HEDY LAMARR de Alexandra DEAN - (VOSTF)
Tous les jours : 15h20
Mercredi, Samedi, Lundi : 19h00
Jeudi, Vendredi, Dimanche, Mardi : 18h20

TROIS CONTES DE BORGES de Maxime MARTINOT - (VOSTF)
Tous les jours : 17h00
Mercredi, Vendredi, Dimanche, Mardi : 21h55

JERICO, LE VOL INFINI DES JOURS de Catalina MESA - (VOSTF)
Tous les jours : 18h30
Jeudi, Samedi, Lundi : 21h55


FILLES DU FEU de Stéphane BRETON - (VOSTF)
Samedi : 13h50