ESPACE SAINT-MICHEL

7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

  
Cinéma Espace Saint-Michel
  
PROGRAMME DE LA SEMAINE
Les films commencent 10 minutes après l'heure indiquée (sauf exceptions précisées)
 News/GrillesBandes AnnoncesTarifsContact 
  Untitled Document

TE ATA de Nathan FRANKOWSKI

SORTIE NATIONALE : 17 Juillet 2019

1h41 – Etats-Unis – 2016

 

SYNOPSIS

Te Ata(Tay’ Ah-Tah) est inspiré de la vie de Mary Thompson Fisher, une femme qui a franchi les barrières culturelles pour devenir l’une des plus grandes actrices indiennes de tous les temps.

Née en territoire indien elle a été éduquée au travers des chants et des histoires de la tribu Chickasaw qui ont guidé sa quête de sens. Te Ata a traversé l’isolement et connu découvertes et amour, embrassant une carrière d’actrice qui l’amena à jouer devant le président des États-Unis d’Amérique et les royautés d’Europe, et à parcourir le monde entier.

Mais de toutes les histoires amérindiennes qu’elle a pu conter, aucune n’est plus passionnante que la sienne.


LE MOT DU REALISATEUR

Travailler sur Te Ata s’est révélé une expérience extrêmement enrichissante. Elle m’a non seulement permis de rencontrer et côtoyer le peuple Chickasaw, des gens qui restent pour moi des amis chers, mais de découvrir également le parcours de Te Ata, une femme admirable. Sa volonté et son audace de poursuivre ses rêves ont suscité mon intérêt pour son histoire.

Elle n’était pas seulement une femme des années 1900, elle était aussi une Chickasaw. Elle a dû traverser beaucoup d’épreuves pour se frayer un chemin et accomplir ce qu’elle était destinée à faire : raconter des histoires. Elle a déployé tout son talent pour faire des récits éducatifs, capables de sensibiliser les gens. La vie de Te Ata sonne juste dans mon propre souhait de cinéaste. Pouvoir faire briller la lumière, grâce à la puissance de l’histoire, dans l’ombre où réside la méconnaissance.


LE PEUPLE CHICKASAW

Il fut un temps, bien avant l’arrivée des chevaux en Amérique, les ancêtres des Chickasaw vivaient à l’ouest des États-Unis, en proie aux attaques de tribus hostiles. Un jour ils se sont adressés à leurs anciens et à leurs hommes médecine pour avoir leurs conseils. Après de longues délibérations autour du feu du conseil, les anciens ont expliqué aux Chickasaw qu’ils allaient devoir trouver un nouveau territoire, qui serait le leur et qui leur était réservé. Pour ce faire, ils utiliseraient un poteau sacré. A chaque fin de journée, une fois le campement dressé, ils devaient planter le poteau sacré et regarder au matin la direction où penchait le poteau, ce qui leur indiquait la direction à prendre.

Chaque matin, le peuple Chickasaw regardait la direction vers laquelle pointait le poteau sacré, et chaque matin il pointait vers l’est. À force de se diriger vers l’est, les Chickasaw sont arrivés face à une immense étendue d’eau que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Mississippi. Croyant être arrivés au terme de leur périple, les Chickasaw ont festoyé tout au long de la nuit, avant de se rendre compte qu’au matin, le poteau sacré pointait toujours à l’est, par delà cette étendue d’eau.

Comprenant que la traversée leur était destinée, ils construisirent des radeaux afin de continuer leur voyage. Malheureusement, ils perdirent de vue leur protecteur, un gros chien blanc qui les accompagnait depuis le début de leur migration. Lorsque le chien est monté sur une embarcation, cette dernière s’est fendue en deux, laissant à la dérive sur le fleuve ce gros chien blanc protecteur. Aujourd’hui encore, les Chickasaw sentent encore la présence et la protection du chien blanc.

Arrivés sur l’autre rive du fleuve, en plantant le poteau, il s’est agité avant de se figer à la verticale. Face à ce spectacle innatendu, les deux frères qu’Ababinili - l’esprit du feu dans les coyances Chickasaw - avait choisi pour conduire la caravane étaient en désaccord. L’un, Chatta, pensait être arrivé à destination, et l’autre, Chicsa, était persuadé qu’ils n’avaient pas encore atteint leur destination et a arraché le poteau avant de continuer sa route avec son groupe - qui formèrent la tribu Chickasaw. Chatta est resté sur place avec ceux qui devinrent le peuple Chocktaw.

Quelques centaines de kilomètres plus loin, Chicsa et son groupe se sont arrêtés sur leur territoire, qui représenterait aujourd’hui une grande partie du sud-est des États-Unis.

On retrouve chez les indiens différentes professions. L’une d’entre elles - et sans doute la plus respectée - était la pratique de la médecine. Afin de devenir homme médecine, un apprentissage est nécessaire. Celui qui souhaite devenir homme médecine doit apprendre des techniques, des chants, des prières et des rites guérisseurs qui vont lui permettre de soigner les membres de sa tribu.

En plus des hommes médecines, les herboristes apportent une connaissance des plantes et minéraux pour traiter les maladies bénignes. Lorsque les maladies deviennent plus graves, les déités sont appelés à l’aide, par des chants ou des prières.

Les indiens étant très pragmatiques, ils ont aujourd’hui recours à la médecine occidentale. Chose qui n’empêche pas d’accomplir des rites guérisseurs pour rétablir l’individu à son état normal, dans l’harmonie globale de son être.

Les Chickasaw avaient une société très matriarcale où le rôle de la femme est très important. Une femme d’une lignée matriarcale réunissait autour d’elle et dans son habitat sa famille étendue et tous les fils célibataires. Pour le reste de la tribu, tout gravitait également autour de la femme. Il n’est donc pas étonnant de constater que les transmissions de savoir et de traditions se faisaient grâce aux femmes.

Traditionnellement, les travaux étaient répartis selon les genres. Les femmes s’occupaient de la cueillette et de l’agriculture - donc, la fertilité - et les hommes quant à eux s’adonnaient à la chasse et à la pêche.

Enfin, les personnes agés et les enfants protégaient les cultures en chassant les ronguers, les cerfs ou les oiseaux attirés par les graines et les récoltes.


BIOGRAPHIE DU REALISATEUR

Nathan Frankowski est un réalisateur sans frontières, remarqué en 2008 pour son documentaire Expelled, No Intelligence Allowed, qui a remporté un grand succès et 8 millions de dollars de recette. Il a écrit et réalisé les longs-métrages "No Saints for" "Sinners", "to write love on her arms" et plus récemment "Unlimited". Il a également été réalisateur de seconde équipe pour la mini-série Destination 11 septembre, produite par Disney/ABC.


DISTRIBUTEUR : JUPITER FILMS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 


Untitled Document

LES DEUX SALLES SONT EQUIPEES EN NUMERIQUE 4K

Programmation du cinéma du 19 au 25 Juin 2019

SALLE 1

ANNA, UN JOUR de Zsofia SZILAGYI - (VOSTF)
Tous les jours: 13h20, 15h05, 16h55, 20h20, 22h05

J’VEUX DU SOLEIL de Gilles PERRET et François RUFFIN - (VOF)
Tous les jours (sauf vendredi): 18h50

HER JOB de Nikos LABOT - (VOSTF)
Vendredi : 18h40

SALLE 2


PERMACULTURE, LA VOIE DE L’AUTONOMIE de Carinne COISMAN et Julien LENOIR - (VOF)
Tous les jours: 15h25, 16h45 (sauf mercredi, jeudi, lundi), 18h00, 20h35 (sauf vendredi, samedi, mardi)

Jeudi 20 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence de Bruno Parmentier, économiste, écrivain, ancien directeur d’école d’agriculteur d’Angers et conférencier : " Nourrir l’humanité ? "

Samedi 22 Juin : Séance de 18h00 suivie d’un débat en présence de Christophe Bichon, coordinateur des Estivales de permaculture et salarié de l’association le Sens de l’humus.

L’ENSEIGNANTE de Denis DERCOURT - (VOSTF)
Mercredi, Jeudi, Lundi : 16h40
Vendredi : 20h35

Vendredi 21 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence de Denis Dercourt, réalisateur du film.

PALMYRE de Monika BORGMANN et Lokman SLIM - (VOSTF)
Samedi, Mardi : 20h35

Samedi 22 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence de Anne Grange, co-productrice du film.

Mardi 25 Juin : Séance de 20h35 suivie d’un débat en présence du Dr Ghada Hatem-Gantzer, chirurgien spécialiste des femmes victimes de violence. Thème du débat : Intégrité/Désintégration physique et violences corporelles.

LE FILS de Alexander ABATUROV - (VOSTF)
Tous les jours: 19h15

THE REPORTS ON SARAH & SALEEM de Muayad ALAYAN - (VOSTF)
Tous les jours: 13h00

LES CHINOIS ET MOI de Renaud COHEN - (VOSTF)
Mercredi : 21h50

LA MISÉRICORDE DE LA JUNGLE de Joel KAREKEZI - (VOF)
Dimanche, Lundi : 21h50